Le blog de la refaunation

LA LETTRE DE LA REFAUNATION, N°11 - AOÛT-SEPT. 2021

Coucou c'est l'heure de vous présenter le dernier numéro de la Lettre de la Refaunation, avec un condensé de quelques actualités positives de la protection de la nature qui ont eu lieu dans le monde en août dernier.

N11_Aout_Sept_21

Bonne lecture !

Posté par Zootographe à 13:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 septembre 2021

LA LETTRE DE LA REFAUNATION, N°10 - JUILLET 2021

640px-Bristol

Les vacances se sont terminées, tout comme le grand congrès de la Nature de l'IUCN, même le Covid-19 se met à refluer...

Pour prendre son inspiration avant de recommencer une nouvelle année, je vous propose l'actualité positive de la protection de la faune et de la nature de juillet 2021.

N10_Juill_21

Bonne lecture !

Illustration : des Flamants roses, pour se rappeler un peu des vacances qui viennent de se terminer. Photo Arpingstone / Wikimedia Commons.

Posté par Zootographe à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2021

ROYAUME-UNI - Le Grand Campagnol revient en Hertfordshire

640px-Water_vole_-_Arvicola_amphibius_2a

Peu d'espèces de rongeurs sont ciblées par les actions de conservation. Si quelques espèces comme les Castors, et dans une moindre mesure les Ecureuils, Marmottes... reçoivent une certaine attention, il en est rarement de même parmi les espèces de type "rat" ou "souris" qui passent pour très communes et souvent nuisibles.

Tel est le cas du Grand campagnol Arvicola amphibius. Si l'espèce est classée en "préoccupation mineure" (le plus faible degré de menace) à l'échelle globale et que sa situation n'inspire pas beaucoup d'inquiétude en Europe continentale, surtout dans les pays nordiques (Scandinavie, Pays Baltes...), elle est tout à fait catastrophique en Angleterre où ses populations ont chuté de 90 % en 50 ans!

La quasi-disparition de cet animal est sans doute imputable à l'introduction accidentelle du Vison d'Amérique Neovison vison, des prédateurs voraces, et à des changements dans l'usage des terres et des cours d'eau.

Pour faire face à cet état de fait alarmant, des programmes d'élevage conservatoire des Campagnols ont été mis en place, et sont réintroduits dans des espaces protégés d'où les Visons sont éradiqués.

C'est ainsi que sur les bords de la rivière Ver, pas moins de 150 campagnols ont été réintroduits, en un lieu où le dernier individu avait été vu en 1987.

La réintroduction de ces rongeurs devrait être bénéfique à l'écosystème car, même à leur petite échelle, les campagnols "entretiennent" les abords des cours d'eau et les communautés végétales qui y vivent ; de plus, leurs terriers sont occupés par d'autres petits animaux qui y trouvent le gîte. Pour terminer, les campagnols eux-mêmes sont un mets de choix pour les petits rapaces, dont la survie dépend partiellement de leur présence.

Source : https://www.theguardian.com/environment/2021/aug/22/ratty-comes-home-water-voles-thrive-again-on-hertfordshire-riverbank

Illustration : un Grand campagnol sur les bords de la rivière Itchen, en Angleterre. Photo Sarah / Wikimedia Commons.

10 septembre 2021

AUSTRALIE - Des Ornithorynques bientôt réintroduits après 50 ans d'absence

640px-Platypus_BrokenRiver_QLD_Australia

Après avoir procédé à une série de réintroductions chez les espèces marsupiales, les Australiens vont bientôt faire de même avec des créatures encore plus étranges, les Ornithorynques, créatures des rivières dotées de becs de canard et de crochets venimeux sur les chevilles, et qui font partie des très rares mammifères à pondre des oeufs.

Dans les premiers mois de 2022, 10 Ornithorynques Ornithorhynchus anatinus seront réintroduits dans le "Royal National Park" en Nouvelles-Galles-du-Sud (Sud-Est de l'île-continent), sur les terres de l'ethnie aborigène Dharwal. Ce projet est mené avec la collaboration du WWF-Australie, du service des parcs nationaux et de la faune sauvage de Nouvelles-Galles-du-Sud, de l'ONG Taronga Conservation SOciety et de l'Université de Nouvelles-Galles-du-Sud.

Ces animaux avaient disparu du secteur depuis les années 1970.

Les Ornithorynques feront l'objet d'un suivi scientifique rigoureux dans les années qui suivront leur réintroduction, par rapport à leurs conditions de vie et à leur reproduction (je vous informerai si je trouve de l'information à ce sujet...). Des équipements de type observatoires et plates-formes seront aménagés pour que le public puisse avoir une chance de les voir dans le milieu naturel.

Bien que l'espèce ne soit pas dans une situation très critique actuellement (elle est classée comme "quasi-menacée" à l'échelle globale), elle demeure en déclin du fait de divers facteurs (dégradation des cours d'eau, espèces invasives, changements climatiques...) et à ce titre c'est une espèce sensible, d'autant qu'elle est unique au monde, n'ayant aucun parent vivant à l'heure actuelle.

Source : https://www.timeout.com/sydney/news/platypuses-are-being-reintroduced-to-the-royal-national-park-for-the-first-time-in-50-years-090721

Illustration : Ornithorynque sur la rivière Broken dans le Queensland (Nord-Est de l'Australie). Photo Peter SCHEUNIS / Wikimedia Commons.

09 septembre 2021

R. D. CONGO - Nouvelles naissances chez les Gorilles aux Virunga !

Mountain_gorilla_(Gorilla_beringei_beringei),_2-year-old

Dans le parc national des Virunga, en République démocratique du Congo, pas moins de 13 naissances de Gorilles des montagnes Gorilla beringei beringei ont été enregistrées depuis le début de cette année, la dernière (concernant un petit mâle au sein de la famille "BARAKA") ayant été enregistrée le 22 août 2021.

Ce parc, qui abrite environ un tiers de la population mondiale de Gorilles de montagne (350 sur un total de 1.063 partagés entre plusieurs nations d'Afrique centrale), accueille une très riche biodiversité malgré la présence de milices armées qui rendent les efforts de conservation particulièrement dangereux.

Les efforts menés par les gardes au péril de leur vie ont toutefois permis de maintenir certaines espèces emblématiques ou même de les faire revenir : l'année dernière, un troupeau de 580 Eléphants s'y est réinstallé, rééquilibrant les communautés végétales et favorisant la présence de divers mammifères qui dépendent de leur existence pour prospérer.

Concernant les Gorilles de montagne, ces mêmes mesures de conservation ont conduit à un doublement de leur population sur une décennie dans la région des Grands Lacs africains (480 animaux en 2010, 1.063 aujourd'hui répartis entre la République démocratique du Congo, le Rwanda et l'Ouganda), ce qui en fait la seule espèce de grand singe* dont les populations augmentent à ce jour.

Depuis 2018, le Gorille de montagne est considéré comme une espèce "en danger", ce qui représente un net progrès par rapport à sa situation antérieure (l'espèce était auparavant classée comme "en danger critique").

Source : https://fr.finance.yahoo.com/actualites/parc-virunga-rdc-enregistre-nouvelle-062249950.html

Illustration : jeune Gorille de montagne dans la forêt impénétrable de Bwindi (Ouganda). Photo Charles J. SHARP / Wikimedia Commons.

*hors l'Homme (qui est lui-même une espèce de singe...)


06 septembre 2021

ROYAUME-UNI - Quand le Butor fait boom !

640px-Botaurus_stellaris_(Marek_Szczepanek)

En situation critique il y a quelques décennies, le Butor étoilé Botaurus stellaris regagne peu à peu du terrain en Angleterre, réapparaissant dans plusieurs régions qu'il avait désertées depuis bien longtemps : dans les West Midlands, 2 couples ont réussi à nicher, pour la première fois depuis un siècle, donnant lieu à l'envol de 5 jeunes. D'autres régions ont vu la réinstallation de l'oiseau ou bien le renforcement des colonies là où elles existaient encore.

Ces succès ont été enregistrés grâce à la création ou à la restauration récente de nombreuses zones humides, parfois sous la forme de zones humides "satellites" autour des coeurs de réserves historiques.

L'effectif des Butors atteignait 80 couples au Royaume-Uni (Angleterre) vers 2010, mais il est aujourd'hui supérieur. Cette évolution positive ne concerne pas que ce pays, mais aussi plusieurs pays européens qui accueillent des populations clés pour la survie de cette espèce (et qui augmentent désormais) : notamment le Danemark (300 couples), la Serbie (275 à 400 couples), l'Allemagne (950 à 1.100 couples), la Finlande (1.000 à 1.500 couples) ou encore la Lituanie (1.500 à 2.000 couples). Les grosses populations est-européennes (Pologne, Bélarus et Russie), estoniennes et suédoises qui forment le gros de l'effectif européen [15.000 à 30.000 couples pour la seule Russie!] sont stabilisées. Cet oiseau continue toutefois à diminuer dans certains pays, dont la France (250 à 300 couples présents en 2010).

Sources : https://www.birdguides.com/news/bittern-continues-to-prosper-across-england/

https://www.iucnredlist.org/species/22697346/60160978

Illustration : un Butor étoilé. Photo Marek SZCZEPANEK / Wikimedia Commons.

03 septembre 2021

AUSTRALIE - Le Bandicoot revient en Nouvelle-Galles-du-Sud !

640px-Perameles_bougainville_-_Gould

L'Australie multiplie les réintroductions de marsupiaux rares ou disparus et c'est une très bonne nouvelle !

Dernier en date : le Bandicoot de Bougainville Perameles bougainville, une espèce très rare, classée "vulnérable" par l'UICN depuis 2016 (auparavant, elle était considérée comme "en danger") : bien que les populations de ce petit marsupial soient assez stables et atteignent quelques milliers d'animaux, elles ne survivent que sur une poignée d'îles de la côte Ouest, et ont quasiment disparu du continent.

Dans l'Etat de Nouvelles-Galles-du-Sud, il avait probablement disparu depuis un siècle, victime des prédateurs (chats, renards) et concurrents (lapins) devenus surabondants.

Mais aujourd'hui c'est un nouveau départ pour lui : 10 individus ont été réintroduits dans le parc national de Sturt, à l'intérieur d'une aire protégée des "intrus" de 2.000 hectares, dans le cadre d'un projet de réhabilitation des écosystèmes désertiques et de leur faune native.

Cette première phase de réintroduction sera probablement suivie de nouvelles (je vous en tiendrai informés si je peux...), au cours desquelles la future génération de Bandicoots seront "entraînés" à fuir les prédateurs (si si c'est une pratique qui se fait).

D'autres espèces marsupiales (Bilby Macrotis lagotis, Mulgara Dasycercus sp.) ont été réintroduites dans le parc de Sturt l'année dernière, et d'autres devraient l'être dans le futur proche.

Source : https://www.australiangeographic.com.au/news/2021/08/bandicoots-return-to-outback-nsw-for-first-time-in-a-hundred-years/

Illustration : peinture des rarissimes Bandicoots de Bougainville, réalisée par John GOULD.

Posté par Zootographe à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 août 2021

ETATS-UNIS - L'île d'Hutaff (Caroline du Nord) est sauvée

640px-Lea-Hutaff_Island

Devant les côtes de Caroline du Nord, l'île d'Hutaff (auparavant propriété privée) vient d'être achetée par le North Carolina Coastal Land Trust, ce qui sauvera des habitats comme une plage de 4 kilomètres de long et 400 ha de marais salants. Ces milieux sont nécessaires à la vie de Tortues marines (Tortues caouannes Caretta caretta, espèce vulnérable) et d'oiseaux aquatiques et marins (dont la Petite Sterne Sternula antillarum qui y niche, mais aussi de très nombreux migrateurs qui y font une halte comme le Pluvier siffleur Charadrius melodus, le Bécasseau maubèche Calidris canutus [quasi-menacés] ou encore le Bruant à queue aiguë Ammodramus caudacutus [en danger]). Les espaces intertidaux (soumis à l'action périodique des marées) servent aussi de nurserie pour les poissons, crabes et crevettes, dont certaines espèces ont un intérêt pour l'alimentation humaine.

L'absence de pollution lumineuse fait de cette île un lieu privilégié pour le relâchage des bébés tortues marines, puisqu'elles peuvent gagner la pleine mer sans être perturbées par ce type de nuisance.

Ils sont tout aussi indispensables à la protection du littoral contre les tempêtes et autres catastrophes climatiques, et même... à la production d'une eau potable de bonne qualité !

Cette réserve s'ajoutera à d'autres sanctuaires de vie sauvage, continentaux ou insulaires, qui s'égrènent sur le long de la côte de cet Etat.

Sources : https://coastallandtrust.org/hutaff-saved/

https://nc.audubon.org/press-release/one-north-carolina%E2%80%99s-last-unprotected-barrier-islands-be-conserved

Illustration : une vue de l'île Hutaff. Photo Indy beetle / Wikimedia Commons.

19 août 2021

KAZAKHSTAN - Réintroduction de Cerfs de Boukhara... en attendant les Tigres?

Bukhara_Deer_stag_at_Speyside_Wildlife_Park_-_geograph

En juillet 2021, la réserve naturelle d'Ile-Balkhash a vu la réintroduction de 61 Cerfs de Boukhara Cervus elaphus bactrianus, une sous-espèce de cerf centre-asiatique assez rare (effectif estimé à 3.500 têtes à l'état sauvage) quoiqu'en augmentation (moins de 400 animaux survivaient au plus bas, en 1999 période coïncidant avec le pic de dépression économique rencontré par ces pays ainsi que l'ex-URSS en général).

Stamp_of_Afghanistan_-_1969_-_Colnect_483006_-_Bactrian_Deer_Cervus_elaphus_bactrianus

C'est la 3ème année consécutive qu'un groupe de cerfs de cette espèce est réintroduit dans la réserve ; les années précédentes les groupes de cerfs réintroduits étaient toutefois bien plus modestes (5 en 2019 et 15 en 2020).

Certains cerfs sont équipés de colliers-émetteurs de façon à mieux connaître leurs habitudes de vie ; des "pièges photographiques" (appareils photo se déclenchant au passage des animaux) sont aussi disposés dans la réserve.

Mieux encore : la réintroduction des cerfs (dont l'effectif avoisine aujourd'hui la centaine dans la réserve) est réalisée afin de préparer une éventuelle réintroduction de Tigres dans la région, en remplacement des défunts Tigres de la Caspienne Panthera tigris virgata qui parcouraient toute l'Asie centrale dans le passé avant d'être quasiment éliminés (disparition de la région du Lac Balkhash en 1948, survie possible jusqu'à nos jours dans certaines régions de Turquie mais les témoignages sont très fragmentaires dans ces terres difficiles à explorer). Ce projet unique au monde est soutenu par les autorités kazakhes et le WWF. Je ne manquerai pas d'en reparler s'il vient à se concrétiser.

Source : https://astanatimes.com/2021/07/ile-balkhash-nature-reserve-conducts-largest-release-of-bukhara-deers-in-its-history/

Illustrations : 1) Un fier Cerf de Bactriane dans un parc animalier écossais. Photo Sylvia Duckworth / Wikimedia Commons.

2) Timbre afghan de 1969 à l'effigie de cet animal.

Posté par Zootographe à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 août 2021

ETATS-UNIS - Une nouvelle "maison" pour des grenouilles en danger

1024px-Mountain_yellow-legged_frog_at_the_San_Franciso_Zoo_2_(23529539152)

Espèce classée "en danger" à l'échelle globale et endémique du Sud de la Californie où seules quelques petites populations subsistent, les Grenouilles des montagnes à pattes jaunes Rana muscosa bénéficient heureusement d'un programme de réintroduction, dirigé par le Zoo de San Diego et avec le soutien d'autres parcs zoologiques (Zoos de Los Angeles et Santa Ana) et de l'Université UCLA.

253 grenouilles nées en élevage ont été relâchées en juin 2021 dans le massif de San Jacinto, et d'autres relâchages sont prévus dans le courant de l'année.

Les espaces de leur aire de réintroduction seront mis en défens pour éviter les intrusions humaines.

Cette espèce de grenouille, qui vit dans un environnement montagneux et plutôt sec, a très fortement régressé dans les dernières décennies du siècle passé, à cause de l'implantation d'activités humaines dans leur milieu de vie, ainsi que des prédateurs introduits.

En 2002, date de leur inscription sur la liste californienne des espèces en danger, moins d'une centaine de ces grenouilles subsistaient à l'état libre. Une évaluation de l'IUCN un peu plus tardive (2008) estimait leur effectif à un maximum de 2.000, mais en insistant sur leur statut précaire.

Source : https://spectrumnews1.com/ca/la-west/environment/2021/07/12/endangered-yellow-legged-frogs-find-new-home-in-san-jacinto-mountains

Illustration : une grenouille Rana muscosa, élevée au Zoo de San Francisco. Source : Wikimedia Commons.