Charadrius_melodus_FWS_10365_01

Après les Busards Saint-Martin anglais évoqués il y a quelques jours, l'année 2022 s'est avérée exceptionnelle pour les Pluviers siffleurs Charadrius melodus, petits échassiers des rivages, sur les bords des Grands Lacs nord-américains.

Alors que l'été s'achève, les ornithologues locaux ont compté 72 couples nicheurs de cette espèce (dont 48 dans le seul Etat du Michigan), qui ont produit 150 juvéniles à l'envol.

C'est un record depuis que l'espèce est classée sur la liste fédérale américaine des espèces en danger, en 1986 !

Dans les années 1980, seule une quinzaine de couples se maintenait dans le secteur.

Ces oiseaux sont très vulnérables aux intrusions humaines et animales lorsqu'ils nichent, les couvées étant sans défense pendant plusieurs semaines. Les actions de conservation menées ont conduit à la mise en défens de plages et rivages (jusqu'aux abords des plus grandes villes comme Chicago) et à la surveillance de celles-ci par des ornithologues et gardes, ainsi qu'à l'élevage de poussins en captivité (afin d'augmenter leurs chances de survie, les oiseaux étant relâchés une fois qu'ils ont atteint la taille adulte), en collaboration avec des partenaires aussi divers que les services publics et ONG de protection de la faune, des universités, des communautés amérindiennes et des zoos.

Elevés en captivité ou dans le milieu naturel, les juvéniles éclos sur place sont suivis par les ornithologues, parfois sur de longues distances, jusque sur leurs lieux d'hivernage sur les côtes Sud des Etats-Unis !

L'espèce est classée comme "quasi-menacée" avec environ 8.000 individus matures, nichant surtout au bord de l'Atlantique et dans les Grandes Plaines du Nord des Etats-Unis et du Canada ; c'est une migratrice de longue distance qui passe l'hiver loin des grands froids, sur les côtes du Sud des Etats-Unis, au Mexique, en Amérique centrale et aux Antilles. Aussi étonnant que cela puisse paraître, elle fait partie de la faune française puisque quelques couples nichent à Saint-Pierre-et-Miquelon (et que la Martinique accueille quelques oiseaux de passage). La population globale de l'espèce va en augmentant depuis le début des années 1990, en grande partie grâce aux mesures de protection dont elle bénéficie.

Ces succès en chaîne témoignent de bonnes politiques de préservation des oiseaux dans les pays où ils habitent (d'autres exemples, en provenance d'autres parties de la planète, sont dans les tuyaux et feront l'objet d'articles prochainement) ; pour peu, on en oublierait l'épidémie de grippe aviaire qui frappe les colonies de plusieurs espèces à travers l'Europe et l'Amérique du Nord. Sans vouloir nier ce péril, je préfère avoir une approche positive et "battante" ; à ce propos je ne vous manquerai pas de vous tenir informés de tout progrès obtenu, où que ce soit, dans la lutte contre ce fléau.

Source : https://gl.audubon.org/news/great-lakes-piping-plovers-have-record-breaking-breeding-season

Illustration : un charmant poussin de Pluvier siffleur. Photo FWS / Wikimedia Commons.