Humpback_Whale-Megaptera_novaeangliae_(16632461328)

Après l'Amérique, c'est au tour de l'Afrique de nous offrir de bonnes nouvelles en matière de conservation de la nature.

La République du Congo (Brazzaville) vient d'instituer ses trois premières aires marines protégées, sur une surface de plus de 4.000 km², soit plus de 12% de la zone économique exclusive du pays. Ont ainsi été désignées une extension marine du parc national de Conkouati-Douli (frontalière avec le Gabon voisin), ainsi que les aires protégées de Loango et Mvassa.

Ces aires sont le refuge d'une riche biodiversité, dont la Baleine à bosse de l'Atlantique et la Tortue luth - qui s'y reproduisent -, et 40 espèces de requins et raies dont le Requin-baleine, géant du monde des poissons.

Elles produisent aussi de nombreuses ressources alimentaires, vitales pour les communautés et l'économie locales. La zone serait même qualifiée par certains comme une des plus productives au monde, en termes de biomasse.

La création des aires marines protégées, qui s'inscrit dans une stratégie internationale (dite des "Objectifs d'Aïchi") et à laquelle les communautés côtières se sont associées, devrait sauvegarder la pêche vivrière contre les grands navires qui saccagent souvent les océans et menacent la viabilité des pêcheurs locaux.

D'autres aires marines protégées, recouvrant peut-être jusqu'à un tiers des eaux de la zone économque exclusive du Congo, pourraient être instituées dans le futur ; je vous en informerai si je dispose d'informations à ce sujet.

Bonus : une partie de l'article est écrite en français. Merci à l'Afrique.

Source : https://newsroom.wcs.org/News-Releases/articleType/ArticleView/articleId/17981/The-Republic-of-the-Congo-Announces-the-Creation-of-the-Countrys-First-Marine-Protected-Areas.aspx

Illustration : Baleine à bosse. Photo Sylke Rohrlach / Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0.