Diceros_bicornis_(Etosha)

Si la réserve de Ol Pejeta (Kenya) est connue pour accueillir les 2 derniers Rhinocéros blancs du Nord (Ceratotherium simum cottoni) survivant sur Terre - et fait à ce titre l'objet d'une multitude de reportages sur l'extinction des espèces -, elle est aussi le lieu de l'authentique résurrection d'une espèce apparentée, le Rhinocéros noir (Diceros bicornis). Cette dernière espèce encore commune il y a un demi-siècle avait vu ses effectifs s'écrouler à cause du braconnage et de l'instabilité politique dans nombre de pays africains, de telle sorte qu'elle est aujourd'hui (2020) classée comme "en danger critique d'extinction". Seuls 2.500 animaux survivaient en 1995.

Heureusement, des actions de protection ont permis d'en sauver plusieurs milliers et à en augmenter l'effectif, leur évitant le sort funeste du Rhinocéros blanc du Nord. La plupart des 5.500 animaux vivant à l'heure actuelle se trouvent dans les pays d'Afrique australe, avec quelques troupeaux en Afrique de l'Est (Kenya, Tanzanie...) dont le plus important vit à Ol Pejeta, sanctuaire de 270 km².

L'année 2019 a été particulièrement bonne pour l'espèce dans cette zone protégée : 132 individus y vivent, dont 17 sont nés durant l'année ! (et aucun animal n'a été braconné)

Un objectif à long terme est de contribuer, avec d'autres parcs et réserves kényans, à atteindre à nouveau le seuil de 2.000 Rhinocéros noirs sur le sol du pays.

Outre les Rhinocéros noirs et les 2 Rhinocéros blancs du Nord, il est à noter qu'Ol Pejeta accueille une population de 35 Rhinocéros blancs du Sud (introduits depuis l'Afrique du Sud) également en croissance, ce qui en fait un haut lieu unique au monde pour la conservation des Rhinocéros, avec 3 espèces représentées !

Source : https://www.fauna-flora.org/news/black-rhino-population-shows-steady-growth

Illustration : Rhinocéros noirs, mère et petit, dans le parc national d'Etosha en Namibie. Photo Yathin S Krishnappa / Wikimedia Commons.